Episode 1 : Matrix - Le départ

Le premier épisode peut être compris comme le chemin qui amène le récipiendaire à l’initiation, qui permettra au héros de démarrer l’aventure, bref qui fera de Thomas Anderson l’Elu : Neo.

Voici les 5 étapes qui jalonnent cette première partie du chemin. Les titres utilisés sont ceux de Joseph Campbell dont nous avons décrit la grille d’analyse en annexe.

  1. L’Appel de l’aventure, ou les signes de la vocation du héros Thomas Anderson, connu sous le pseudonyme de Neo, ressent qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond (“Il t’est jamais arrivé de ne pas savoir si tu es réveillé ou encore endormi ?”). Il a reçu un message mystérieux par le réseau qui lui dit de se réveiller et de suivre le petit Lapin Blanc. Il décide de suivre la fille qui le porte tatoué sur l’épaule, et qui accompagne un drogué qui dit à Neo “T’es mon sauveur, mec, t’es mon petit Jésus-Christ perso”. Il rencontre Trinity qui lui avait envoyé le message. Elle l’éclaire en lui expliquant qu’il se pose LA question qui nous anime tous, la question qui l’a poussé à venir: “Qu’est-ce que c’est que la Matrice ?”. Va-t-il franchir le pas ?

Dans nos vies ce sont les questionnements obsessionnels qui nous ont amené à entamer un chemin initiatique. Pour Pierre-Antoine, c’était : “Suis-je libre d’être qui je suis?”; “Etais-je réellement une page blanche à ma naissance ?”;  “Pourquoi certains naissent riches et tristes et d’autres pauvres et heureux ?” Pour Christophe, c’était : “Que puis-je faire pour m’améliorer et améliorer le monde ?”.

2. Le Refus de l’Appel, ou la fuite de l’insensé devant le dieu Neo ne comprend pas ce qui lui arrive, il a l’impression d’avoir rêvé. Son employeur (Metacortex, qui symbolise le rationnel) lui demande s’il a un problème avec l’autorité, s’il pense qu’il est unique et lui affirme qu’il se méprend et qu’il doit faire un choix. Puis les agents viennent l’arrêter et Morpheus doit lui venir en aide par téléphone. Mais au dernier moment, Neo n’y croit pas (“C’est dingue, pourquoi c’est tombé sur moi, je n’ai rien fait, je ne suis personne.”) et refuse de franchir le pas. Il est alors arrêté par les Agents. L’Agent Smith, que nous découvrirons comme son double maléfique, son côté obscur, qui lui dit “qu’une seule de ses vies a un avenir, l’autre n’en a aucun”. Mais laquelle ? Ils lui insèrent ensuite un agent espion dans le corps (une sorte de « mouche ») et le libère. Morpheus rappelle Neo et lui dit “S’ils savaient ce que je sais, tu serais probablement mort. – Mais enfin de quoi est-ce que tu parles, pourquoi est-ce qu’ils s’en prennent à moi ? – Parce que tu es l’Elu Neo. […] Veux-tu toujours me rencontrer ? – Oui.” Lorsque les rebelles veulent lui enlever l’agent espion de son corps, Neo refuse encore de se laisser faire et il est sur le point de sortir de la voiture au moment où Trinity lui dit “Je t’en prie Neo, tu dois me faire confiance. – Pourquoi ? – Parce que tu reviens de là-bas, tu connais cette route, tu sais exactement comment elle se termine et tu ne veux pas finir comme ça.” Il se laisse alors faire et fait le pas pour prendre l’autre chemin.

Dans nos vies, ce sont les doutes : avant de frapper à la porte, Pierre-Antoine s’interrogeait… la Franc-Maçonnerie est-elle une secte, un club d’affairistes qui se pavanent et se gargarisent de mots savants, mais une fois leurs agapes terminées et leurs sermons “y a ka faut que”… rien ne change ? Ou encore… non cette méthode de méditation Vipassana n’est pas pour moi, à quoi bon s’asseoir pendant des heures, pendant ce temps je ne travaille pas, je ne produis pas… je suis en train de mettre ma vie en l’air ?

A posteriori, on comprend bien que ce sont nos vieilles habitudes pathologiques de peurs, de doutes qui nous maintiennent justement dans cet esclavage des schémas cycliques de pensées.

Dans les textes, il est dit que 95% de nos pensées d’aujourd’hui sont les mêmes que celles d’hier. Le subconscient est donc bien la source du déterminisme, de la causalité…Mais quand on est dedans ? La peur est la peur, le doute est le doute… Non vraiment, cette planche sur Matrix… pfff ridicule 🙂 je ferais mieux d’arrêter de lire ce truc et revenir à mon travail !!!

3. L’Aide surnaturelle, ou le secours inattendu que reçoit celui qui entreprend l’aventure vers laquelle il a été appelé Ici, l’analyse se divise en deux chemins possibles. Celui qui analyse uniquement le premier épisode et celui qui analyse l’ensemble de la trilogie.

A. Dans le premier cas, l’Aide surnaturelle est celle de Morpheus qui dit à Neo “Je suppose que pour l’instant tu te sens un peu comme Alice, tombée dans le terrier du Lapin Blanc. […] Je le lis dans ton regard. Tu as le regard d’un homme prêt à croire tout ce qu’il voit parce qu’il s’attend à s’éveiller à tout moment. Et paradoxalement, ce n’est pas tout à fait faux. Crois-tu en la destinée Neo ? – Non – Pourquoi ? – Parce que je n’aime pas l’idée de ne pas être aux commandes de ma vie.” Il lui explique ensuite pourquoi il est là et ce qu’est la Matrice, et lui demande de choisir entre la pilule bleu (et tout s’arrête) et la pilule rouge (“Tu restes au pays des merveilles, je ne t’offre que la vérité, rien de plus”). Neo fait le pas et passe de l’autre côté du miroir. Maçonniquement parlant, c’est la dépôt de la candidature.

B. Si nous analysons l’ensemble de la trilogie, l’aide surnaturelle vient de l’Oracle qui va amener Neo sur son chemin, le vrai chemin de l’Initié, en répondant à ses interrogations par des questions et en lui disant “Connais-toi toi-même”. Elle représente la vieille fée, la marraine, la Vierge Marie, la vieille femme secourable. Mais ce que nous apprenons dans le film, c’est qu’elle a aussi amené Morpheus et Trinity sur le chemin qui mène à l’Elu, ce qui les poussera à s’aider mutuellement. Ce moment du film est très riche en informations et nous pourrions lui consacrer une planche entière. Lorsqu’il en sort, Neo pense qu’il n’est pas l’Elu, même si Morpheus l’avait presque convaincu. Mais la graine est semée pour lui permettre de passer le premier seuil. C’est pour nous le passage sous le bandeau.

Pour Pierre-Antoine, il y eut bien sûr Sandro, le parrain secourable qui vit en lui un Apprenti très tourmenté, avec un bon fond certes, mais tellement en proie à ce qui est vrai ou faux, ce qui doit être ou ne pas être. Il sût parler à cette tête si bien faite et tellement pleine que les énergies du cœur lui restaient en travers de la gorge. Puis il y eut aussi les accidents de voiture, avec une expérience de conscience élargie : l’arc-en-ciel est un gradient infini de couleurs… et dire que je me contentais seulement de quelques couleurs de base. Pour Christophe, ce fut la compréhension que le vie est faite pour être vécue maintenant, qu’il fallait oser avancer.

4. Le Passage du premier seuil Après différentes péripéties, Morpheus est fait prisonnier par les Agents en essayant de sauver Neo et il est sur le point de leur révéler les plans d’accès à Zion, la base des rebelles dans le monde réel. Alors qu’ils doivent décider de “débrancher Morpheus” pour sauver Zion, et ainsi le condamner à mort, Neo décide de croire l’Oracle, car elle avait prédit qu’il devait sauver Morpheus. Il rentre enfin dans le jeu et décide par lui-même. Il devient un héros en allant sauver le vieux maître. Il ne sait pas pourquoi, mais il sait que Morpheus était prêt à donner sa vie pour lui et Neo sait qu’il peut sauver Morpheus. “Il y a une différence entre connaître le chemin et arpenter le chemin.” C’est le début de l’initiation.

Cette fois j’y vais. Voilà dix ans que je repousse l’entrée en Franc-Maçonnerie, voilà trois fois en 15 jours que des gens tellement différents me parlent de Vipassana. Cette fois j’y vais, j’appelle, j’envoie ce mail. J’avance.

5. Le Ventre de la Baleine, ou la plongée dans l’obscur royaume Si vous voulez voir le Ventre de la Baleine, nous vous conseillons la scène de la Renaissance de Neo hors de la Matrice, qui nous place dans l’analyse complète du 1er épisode. Il y revit le traumatisme freudien de la naissance comme un bébé qui sort par le ventre de la mère et qui est extirpé par les griffes en acier du forceps et des équipes du vaisseau gynéco-obstétrique. Mais si nous nous mettons dans une analyse de la trilogie, nous devinerons le royaume obscur lors du combat final du 1er épisode, dans les sous-sols, face à l’Agent Smith. Neo est tué, aussi bien dans la Matrice que dans le monde réel. Mais Trinity lui déclare son Amour, comme l’Oracle lui avait prédit, et l’embrasse, ce qui lui permet de remonter et de vaincre la mort. Neo renaît en l’Elu (the One) et n’est plus le même. Il ne reste de lui que l’être parfait qu’il devait être, il a laissé tous ses doutes à l’extérieur et il terrasse son ombre (l’Agent Smith). C’est l’initiation de l’Apprenti, mais aussi la renaissance du Maître.

Dans certains textes, il est dit: “le chemin commence réellement quand on s’est mis à pleurer à torrent”. C’est aussi le point, le moment où l’on touche le fond de la piscine et où l’on prend appui sur cette douleur pour remonter, pour “refaire surface”. C’est le moment où le vieil homme meurt. Plus rien ne sera plus jamais comme avant. Deuils, divorces, accidents graves, changement de job douloureux, de lieu de vie, de pays….Nous gardons pour nous même ces expériences douloureuses étant bien persuadé qu’il n’est nul besoin de les expliciter. Vous devez vous rappeler d’un de ces moments dans votre vie à vous. Cela correspond aux “Bifurcation Point” dont nous parlerons plus loin.

Une fois que quelque chose d’important en nous est mort : comme une certitude ou une conviction d’être quelqu’un comme ceci ou comme cela; une fois que cette identité à laquelle nous tenions tant est morte, quelque chose de grand est apparu : nous nous reconstruisons différemment.

C’est l’allégorie de l’argile et du vase : au début nos parents ont constitué le premier vase : “fais ceci ou cela, pas ceci ou pas cela” et après quelques années, cela fait un vase bien solide, prêt à accueillir l’eau et la vie.

Au premier seuil, nous nous munissons d’un marteau et nous détruisons ce premier vase. Il ne nous convenait plus. Quand l’argile est à terre, une nouvelle figure en nous apparaît : celle du potier, qui recrée un nouveau vase. Cette fois, nous sommes devenus créateurs de nous-mêmes.

Il est bien clair que tant que le vase n’a pas été brisé, le potier ne pouvait apparaître.

A cette étape, le potier apparaît et fait son premier vase. Il a compris l’impermanence de son identité : ce “je” qui dit “je suis”, “j’aime”, est une illusion. Nous sommes construits sur une trinité : de l’argile impermanente, du vase identitaire et un potier créateur.