Hermétisme Chrétien

L’Hermétisme Chrétien

Dans Hermétisme, nous tenons à inclure toutes les démarches, courants initiatiques ou ésotériques qui prennent référence dans la Tradition primordiale définie par René Guenon, à savoir : les écoles des mystères égyptiennes (Toth / Hermès Trismégiste), gréco-romaine (Pythagore/Platon – Déméter/Eleusis ou Orphée cf. Edouard Schuré “Les Grands Initiés”), alchimique, maçonnique. La démarche hermétique vise, selon nous, à déclencher de façon contrôlée un ou plusieurs sauts de conscience sur l’échelle de Jacob, entendue ici dans le sens de progression vers la Lumière. Ce sont des occasions de bifurcations, au sens de la théorie des systèmes complexes que nous avons présentée, dans l’analyse philosophique.

Les 4 mondes

Comme le précise Guershon Scholem, c’est au début du VIIIe siècle que l’auteur chrétien, Bède le vénérable, décline explicitement les « quatre niveaux de sens des Écritures » : narratif (sens premier du récit), allégorique (dogmes et mystères de la foi), tropologique (moral, homilétique) et anagogique (spirituel, céleste, le plus souvent eschatologique). Au XIIIe siècle, le dominicain Augustin de Dacie, résume en un distique devenu célèbre l’herméneutique systématisée chez Thomas d’Aquin : « La lettre enseigne les faits et gestes ; L’allégorie, ce qu’il faut croire. La morale, ce que tu dois faire ; l’anagogie, ce vers quoi tu dois tendre. »

L’Arbre de Vie de la Kabbale est formé des 10 Sephiroth, des 3 piliers, des 22 sentiers, mais aussi de 4 mondes. Ces mondes peuvent être interprétés de plusieurs manières. Le plus souvent, ils sont utilisés pour décrire les espaces entre les voiles horizontaux.

Les 4 mondes sont :

  • Atziluth : l’Émanation (les archétypes, les concepts, le mental abstrait),
  • Briah : la Création (le mental concret, les formes pensées),
  • Yetzirah : la Formation (les émotions, les sentiments, l’astral),
  • Asiah : l’Action (la cristallisation).

Mais ces 4 mondes peuvent aussi être considérés comme 4 niveaux, 4 plans l’un sur l’autre, 4 mondes parallèles.

Les 4 lettres du PRDS

Une autre vision complémentaire de cette lecture se base sur le Pardès de la Kabbale, qui est une théorie qui décrit le Paradis du point de vue du Talmud au moyen des 4 lettres PRDS qui représente les 4 niveaux d’étude des écritures :

  • PESHAT, c’est-à-dire le sens littéral du texte qui ne traite que du monde sensible ;
  • REMEZ, c’est-à-dire l’allusion / insinuation qui consiste en un niveau plus élevé de l’étude;
  • DERASH, c’est-à-dire l’interprétation figurée, qui est la parabole, la légende, le proverbe;
  • SOD, c’est-à-dire le Secret, qui consiste dans le niveau ésotérique traitant de la métaphysique et de la révélation des réalités surnaturelles, secrètes et mystérieuses.

Pour St Thomas d’Aquin : « La lettre enseigne les faits et gestes ; L’allégorie, ce qu’il faut croire. La morale, ce que tu dois faire ; l’anagogie, ce vers quoi tu dois tendre. »

En complément aux descriptions mentionnées ci-dessus, nous pouvons nommer ces 4 mondes de différentes manières, de Atziluth à Asiah, soit de haut en bas :

  • Esprit / Âme supérieur / Âme inférieure / Corps physique
  • Maître / Compagnon / Apprenti / Profane
  • Eternité / Absence de temps / Temps cyclique / Temps linéaire

Les 4 voiles

Mais pour passer d’un monde à l’autre, d’un niveau de conscience à l’autre, il faut passer par les trois voiles, qui sont, dans le sens de la montée :

  1. voile de l’Initiation;
  2. voile de la petite Illumination;
  3. voile de la Conscience.
  4. Ces trois voiles peuvent être comparés aux trois Œuvres de l’Alchimie et par association de l’ensemble, aux trois épisodes de Matrix.

L’arbre de vie est traditionnellement divisé en quatre sections, séparés par trois voiles horizontaux.

1.Le 1er voile est celui de l’initiation. Il forme la limite entre Malkhout et le reste de l’arbre. Le récipiendaire qui franchit ce voile, au début de son travail, prend conscience du monde non-matériel, et peut commencer à maîtriser le domaine émotionnel.

2.Le 2ème voile est le Paroketh. Il sépare les trois Sephiroth du monde psychique (Yesod, Hod, Netzach) de celles des domaines supérieurs. L’initié qui le franchit atteint la petite illumination, la naissance de Tiphereth, et prend conscience de sa nature profonde.

3.Le 3ème voile est celui de la conscience elle-même. Il traverse Daath, la non-Sephira de la connaissance, et sépare les trois Sephiroth du monde mystique (Tiphereth, Guebourah, Hessed) des trois Sephiroth métaphysiques (Binah , Hokhmah, Kether). L’initié qui le franchit atteint sa nature divine : c’est le domaine de l’extase mystique.

Et enfin la toute dernière initiation… Un quatrième voile, le voile de l’existence, sépare l’arbre de vie lui-même du non-créé primordial, l’Ain Soph Aur. L’initié qui le franchit atteint Dieu, mais perd son existence (c’est pourquoi il est écrit que nul ne peut voir Dieu et vivre).