Est-ce que c'est la fin ?

Est-ce que c’est la fin ?

La perspective de J. Campbell était fondamentalement ascendante, faite d’étapes. Nous avons l’habitude de faire passer le bateleur par la Papesse. Et au cas où l’on n’aurait pas compris, la Tradition nous indique un aleph pour le bateleur, un beth pour la papesse et un Gimel pour l’impératrice etc.

C’est bien le chemin du M. Anderson des premières scènes de l’épisode n°1 qui finira par devenir Néo : l’Elu, le Glorieux, le Miséricordieux, le Sauveur etc. en toute fin de l’épisode n°3.

Mais Matrix explicite clairement que lorsque la Lumière grandit, l’Obscurité aussi.

En effet, plus M. Anderson devient Neo, plus l’agent Smith s’affranchit du monde des machines (lorsqu’il perd son oreillette) pour finalement prendre le contrôle sur la totalité de l’espace et du temps de la Matrice (lorsqu’il phagocyte l’oracle dans le Troisième épisode).

Prenez un instant pour réaliser que cette idée va TOTALEMENT à l’encontre de la croyance messianique d’un sauveur tout comme celle d’une apocalypse, d’une grande révélation finale des temps. Donc tout le corpus judéo-chrétien n’est pas « doctrinement parlant » compatible avec cette idée. Car si Lumière et obscurité grandissent ensemble alors le Christ n’a pas gagné contre le Mal, car il ne peut gagner qu’une bataille et non la guerre…Et d’ailleurs le Dieu créateur n’est pas bon par nature puisqu’il a généré un monde dualiste. Donc le Dieu créateur de la Terre et de l’homme n’est pas une manifestation de l’Amour.

Bien évidemment les catholiques ont gagné la guerre doctrinale mais on trouve des traces de pensées chrétiennes « divergentes » notamment dans le catharisme jusqu’en 1243 et la chute de Montségur et plus anciennement parmi les écoles dualistes qui prônent un monde matériel fabriqué par l’Ange déchu parmi lesquelles on trouve bien sûr le gnosticisme grec des premiers chrétiens.

En orient les hindouistes et les bouddhistes à leur suite clament que ce monde est le samsara, une roue éternelle de souffrance et de morts/renaissances successives. La grande maya, l’illusion dans laquelle nous sommes plongés et de laquelle il faut se réveiller. Sans oublier le zoroastrisme ou le manichéisme qui théorisent explicitement le dieu bon et le dieu mauvais. Nous citons ces références dans le simple but de justifier que des milliards d’êtres humains dans le passé et encore aujourd’hui adhèrent à ces philosophies dualistes alors que le monde catholique/protestant dans lequel baigne l’occident s’est fait brûler pendant des siècles pour ne faire qu’imaginer que le Dieu créateur ne soit pas le Dieu « bon » unique.

Mais revenons à Matrix pour à la fois comprendre et exprimer cette idée d’un monde dualiste créé par une dualité ombre/lumière plutôt que celle d’un monde ontologiquement bon.

Dans la scène 3>34 Smith tue Neo et se tue lui-même. C’est alors qu’il réalise qu’il est Néo. Non pas symboliquement mais bien « physiquement » car Smith est à la Matrice, ce que Neo est à Zion.

Dans cette scène (Extrait 3-34) de la toute fin de l’épisode 3, Neo qui a réalisé qu’il était l’autre versant de l’Agent Smith se « sacrifie ». Sa mort est égale à la mort de l’agent Smith donnant lieu à un « reset » de la matrice.

Quand Smith faisait Un avec la totalité de la Matrice, standardisant tout à son image par la peur et le contrôle, Neo grandissait en amour et développait compassion et altruisme en quantité et en qualité suffisante pour s’offrir en sacrifice. Car il a réalisé que Smith et lui ne sont qu’un.

La mort de Neo dans la Matrice provoque sa mort dans Sion qui provoque la mort de Smith dans la Matrice. Et la Matrice redémarre. C’est là le point essentiel. La Matrice est « conçue » avec un programme qui a les qualités de Neo et les qualités opposées : celles de l’Agent Smith, de façon à ce que la grande équation s’équilibre en permanence. L’apocalypse chrétienne – la mort sacrificielle du Sauveur – n’est pas un Salut pour l’homme, mais juste un reboot informatique de la Maya ou du Samsara. La Matrice n’est pas conçue pour le Bien Ultime de l’homme, juste pour son maintien. Le Sauveur, l’Apocalypse sont des croyances, réelles, mais qui n’affranchissent pas de l’illusion que constitue la matière.

Cette conception FONDAMENTALEMENT CYCLIQUE et non LINEAIRE PROGRESSISTE est aussi interrogée par le Tarot à travers l’arcane sans nombre :

L’arcane sans nombre, le Fou se trouve-t-il
comme un arcane 0 avant le Bateleur ou
comme un arcane 22 après le Monde ?

Cette question tombe lorsque le Tarot est disposé en roue, car le Fou est alors entre le Bateleur et le Monde. Nous verrons que cette disposition en cercle ou plutôt en ellipse à double foyer laisse une place très naturelle a une pensée Yin/Yang ou Purusha/Prakriti ou Soleil/Lune ou homéostasie/entropie etc…